Diagnostic et préparation de support

Dans n’importe quel type de construction, le support constitue un élément dont il faut bien tenir compte, car c’est la base stable sur laquelle on fixera par la suite le revêtement.

Il faut en conséquence analyser et traiter préalablement le support pour éviter d’éventuelles pathologies.

Analyse Préalable

Il y a plusieurs aspects que l’on doit analyser dans le support pour s’assurer qu’il présente des conditions optimales :

PLANÉITÉ

  • Peu importe le support, il faudra vérifier à l’aide d’une règle l’absence de défauts de planéité pour éviter des épaisseurs excessives de matériel en une seule couche.

La planéité se mesure avec une règle de 2 mètres qui ne devra en aucun cas dépasser les 5 mm d’épaisseur.

  • Dans des supports de réhabilitation, si les défauts sont superficiels, on pourra les aplanir avec le même mortier de revêtement que l’on appliquera par la suite.

S’il fallait une plus grande épaisseur de couche de fond, on pourra utiliser des mortiers classiques, qui ne sont pas très résistants, pour éviter des détachements du support.

ABSORPTION / POROSITÉ

  • Dans le cas de supports de ciment, si l’eau glisse à la surface, le support sera considéré comme étant non absorbant.

Par contre, si l’eau est absorbée en moins d’une minute, le support sera considéré comme étant très absorbant.

Sur les supports lisses et non absorbants (p. ex. le béton lisse), nous recommandons d’appliquer une couche d’apprêt GECOL Primer-M comme pont d’adhérence, ce qui facilitera la pose postérieure du revêtement.

Dans le cas de supports absorbants et très absorbants, surtout en temps sec et chaud, il faudra hydrater convenablement les supports et attendre que le lustre disparaisse (saturation de l’eau).

Puis on appliquera une couche d’apprêt GECOL Primer-TP, dilué dans de l’eau dans une proportion de 1:3, pour ensuite appliquer le revêtement.

DURETÉ

Il faut vérifier la dureté et la stabilité du support en exerçant une pression avec un objet pointu et en vérifiant si celui-ci pénètre.

  • S’il ne fait qu’égratigner la surface, le mortier sera considéré comme étant dur.
  • Si, par contre, on réussit à faire pénétrer l’objet pointu dans le mortier, on peut considérer qu’il n’a pas la cohésion nécessaire et on devra alors traiter la surface pour en améliorer la résistance.
  • Dans le cas de supports pulvérulents, nous recommandons d’appliquer une couche d’apprêt durcisseur GECOL Primer-TP, dilué dans l’eau dans une proportion de 1:3.

ADHÉRENCE

  • Pour l’application de mortiers : on doit explorer les parties accessibles et vérifier s’il y a des zones creuses, surtout dans les parties revêtues.
  • Si les zones creuses sont très étendues, on devra éliminer tout le mortier.
  • Si les zones creuses sont très localisées, il faudra les éliminer et les assainir.
  • En cas de doute, on devra éliminer le mortier et assainir jusqu’au support de base.

On doit vérifier l’adhérence des couches de régularisation, car les tensions provoquées lors de l’application du ravalement final pourraient favoriser des détachements du revêtement.

  • Pour l’application de la peinture : on fera un test de peinture en divisant une surface d’application de 10 x 10 cm en carrés de 2 x 2 mm.

Si la peinture adhère dans 80 % des carrés, on considérera qu’elle est adhérente et, si ce n’est pas le cas, on devra l’éliminer au complet.

Lorsque la peinture s’applique sur des supports rugueux ou sur des revêtements synthétiques épais, on doit vérifier l’adhérence avec une spatule. Si elle se détache facilement, il faudra l’éliminer complètement.

NETTOYAGE

On doit éliminer toute substance étrangère (vernis, graisses, cires, etc.) avec GECOL Desincrustante, dilué dans de l’eau dans une proportion 1:5.

Il faut aussi éliminer toutes les couches inconsistances de moins de 3 mm ainsi que tout mélange à base de bitume, d’époxy ou de polyuréthane.

Les plâtres, les restes de mortier ou la poussière doivent s’enlever avec une spatule ou de l’eau à pression.

Dans le cas où cela est possible, nous recommandons d’appliquer une couche d’apprêt durcisseur GECOL Primer-TP, dilué dans l’eau dans une proportion de 1:3.

  • On nettoiera avec de l’eau à pression en observant une distance entre l’embout du flexible et le mur d’environ 10 à 30 cm.

La pression de la pompe doit se situer entre 40 et 80 bars.

Pour éliminer les décapants chimiques ou les restes de graisse, on utilisera un détergent avec de l’eau chaude.

Il faut faire un rinçage final soigneux avec beaucoup d’eau pour éliminer les restes de détergent.

Si on doit traiter l’accumulation de micro-organismes (moisissures, algues, etc.), le nettoyage se fera en brossant ou en raclant ou bien avec de l’eau à pression, et il faudra ensuite utiliser un désinfectant sur toute la surface affectée.

Après avoir terminé le nettoyage et le séchage, on attendra 1 ou 2 jours pour appliquer le nouveau revêtement.

Produits Recommandés

Additifs

Pont d’adhérence

Primaire

Nettoyant acide

Avertissements: Les renseignements fournis dans cette Solution de construction ont été obtenus à partir des processus habituels de mise en œuvre. Cela dit, nous recommandons pour toute situation particulière de consulter notre service technique. info@gecol.com



Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour améliorer nos services et vous montrer la publicité en relation avec vos préférences grâce à l’analyse de vos habitudes de navigation. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Vous pourrez obtenir plus d’informations ou apprendre comment changer la configuration dans notre section Politique des cookies. Plus d'informations

Les paramètres de cookies de ce site sont configurés pour "autoriser les cookies" et vous offrir ainsi la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site Web sans modifier vos paramètres de cookies ou en cliquant sur "Accepter", vous donnerez votre consentement.

Fermer